Lipofilling mammaire

Augmentation mammaire par injection de graisse ou greffe de graisse autologue
Lipofilling mammaire
L’hypotrophie mammaire est une anomalie qui se définit par l’insuffisance du volume de la poitrine et qui peut être congénitale, ou acquise suite à des grossesses successives ou un amaigrissement.

Principe

La mise en place des implants mammaires pour augmenter le volume de la poitrine était souvent la technique la plus appropriée pour corriger cette anomalie.

Au fils des années d’autres alternatives ont vu le jour et commencent à se proliférer à citer le lipofilling mammaire. Cette intervention consiste à greffer de la graisse autologue prélevée de différentes parties du corps de la patiente et surtout provenons de celles qui développent des surplus graisseux.

Focus sur le lipomodelage ou lipostructure du sein

Apparue tout d’abord comme une technique de la chirurgie de visage, puis dans les mastectomies après les cancers du sein, le lipofilling devient un procédé de la chirurgie esthétique du sein. Dans un premier temps, en chirurgie esthétique, son indication était limitée aux patientes de moins de 35 ans sans antécédents familiaux de cancer du sein pour le motif de précaution. En particulier en ce qui concerne le dépistage du cancer du sein, on pensait qu’il pouvait gêner son diagnostic.

De nos jours, les indications ont été élargies car on a réalisé que les calcifications qu’il peut entraîner dans les seins sont différentes de celles du cancer du sein. On pense donc à l’heure actuelle qu’un dépistage radiologique effectué par un radiologue expérimenté ne sera en rien gêné par la pratique d’un lipofilling mammaire.

Le lipofilling des seins peut être utilisé seul ou en association avec des implants mammaires pour une augmentation mammaire composite.

En cas d’utilisation exclusive, il faut savoir que l’augmentation mammaire va être modérée, très naturelle n’excédant pas une augmentation de volume de plus d’un bonnet. Une patiente ayant un bonnet A pourra par exemple avoir un bonnet B mais pas plus. Elle doit de plus pouvoir disposer d’une quantité importante de graisse suffisante pour obtenir ce volume. Ce qui exclut les patientes très minces en principe des candidats à cette chirurgie.

La graisse est prélevée, puis préparée pour réinjecter des cellules graisseuses ou adipocytes de qualité. Cette préparation peut se faire de différentes façons. Par centrifugation, purification etc… On débarrasse ainsi les cellules graisseuses du plasma, du résidu huileux, ainsi que du sang et autres impuretés.

L’intervention est le plus souvent plus longue qu’une augmentation mammaire par prothèses et donc plus chère en principe.

Focus sur le lipomodelage ou lipostructure du sein

Apparue tout d’abord comme une technique de la chirurgie de visage, puis dans les mastectomies après les cancers du sein, le lipofilling devient un procédé de la chirurgie esthétique du sein. Dans un premier temps, en chirurgie esthétique, son indication était limitée aux patientes de moins de 35 ans sans antécédents familiaux de cancer du sein pour le motif de précaution. En particulier en ce qui concerne le dépistage du cancer du sein, on pensait qu’il pouvait gêner son diagnostic.

De nos jours, les indications ont été élargies car on a réalisé que les calcifications qu’il peut entraîner dans les seins sont différentes de celles du cancer du sein. On pense donc à l’heure actuelle qu’un dépistage radiologique effectué par un radiologue expérimenté ne sera en rien gêné par la pratique d’un lipofilling mammaire.

Le lipofilling des seins peut être utilisé seul ou en association avec des implants mammaires pour une augmentation mammaire composite.

En cas d’utilisation exclusive, il faut savoir que l’augmentation mammaire va être modérée, très naturelle n’excédant pas une augmentation de volume de plus d’un bonnet. Une patiente ayant un bonnet A pourra par exemple avoir un bonnet B mais pas plus. Elle doit de plus pouvoir disposer d’une quantité importante de graisse suffisante pour obtenir ce volume. Ce qui exclut les patientes très minces en principe des candidats à cette chirurgie.

La graisse est prélevée, puis préparée pour réinjecter des cellules graisseuses ou adipocytes de qualité. Cette préparation peut se faire de différentes façons. Par centrifugation, purification etc… On débarrasse ainsi les cellules graisseuses du plasma, du résidu huileux, ainsi que du sang et autres impuretés.

L’intervention est le plus souvent plus longue qu’une augmentation mammaire par prothèses et donc plus chère en principe.

Procédure

Première consultation

La première consultation avec Dr Anas Gherissi est essentielle car elle va permettre de cerner votre demande et vos souhaits en matière de résultats. L’interrogatoire et l’examen clinique sont essentiels car ils permettront de déterminer si l’intervention est réalisable techniquement (essentiellement en évaluant la quantité de graisse qu’il est possible de prélever chez vous) et surtout si le résultat peut être conforme à vos attentes. On soulignera également la nécessité de se soumettre à un dépistage du cancer du sein par échographie et mammographie à réaliser avant l’intervention mais également à un an de l’intervention.

A l’issue de la consultation, un devis, une fiche d’information détaillée et un consentement éclairé vous seront remis et vous pourrez ainsi réfléchir sereinement à votre décision.

Après l’intervention

L’hospitalisation est de 24 heures en principe, mais une chirurgie ambulatoire peut être envisagée si vous êtes motivée. L’anesthésie est générale dans tous les cas. On réalise dans un premier temps le prélèvement de graisse. Puis après préparation, cette graisse sera injectée dans le sein dans des proportions de 250 à 400 ml de graisse purifiée en moyenne. Il faut savoir qu’une partie de cette graisse (entre 30 à 40 %) va se résorber dans les suites sur une période d’un à trois mois.

L’intervention dure une à trois heures en moyenne selon les cas. Vous passerez le temps équivalent en salle de réveil avant de remonter dans votre chambre. Dès le lendemain de l’intervention, vous porterez un panty pour limiter l’œdème sur le prélèvement de graisse et un soutien-gorge de contention pour les mêmes raisons.

Les douleurs sont fortes sur les zones de la liposuccion et à type de tension (comme une montée laiteuse) pour la poitrine. Lors de l’hospitalisation elles seront parfaitement calmées par les médicaments administrés.

Suivi post-opératiore et récupération

Les douleurs sont variables en fonction des patientes et de la quantité de graisse aspirée. Elles sont en général modérées et assimilées à des « courbatures », plus importantes au niveau des zones lipoaspirées qu’au niveau des seins, et bien soulagées par les antalgiques.

Des ecchymoses (bleus) sont classiques et persistent 2 à 3 semaines après l’intervention. Un œdème (gonflement) est constant et de durée variable, se résorbant progressivement en quelques mois. La douche avec un savon doux est possible dès le lendemain de l’intervention.

Trois mesures préventives contre la phlébite sont instaurées dans les suites opératoires : le lever et la marche, le port de bas de contention et l’injection quotidienne d’un anticoagulant (fluidifiant le sang) pendant 15 jours.

Le port d’un vêtement de contention est recommandé pendant 1 mois pour réduire l’œdème post opératoire et favoriser une meilleure rétraction de la peau au niveau des zones lipoaspirées. Je vous proposerai également des séances de massages (drainage lymphatique) accélérant la résorption de l’œdème post opératoire.

F.A.Q.

  • Peut-on envisager une augmentation mammaire composite (lipofilling mammaire et prothèses) dans le même temps ?

    L’intérêt du recours à ce type de combinaisons réside chez les patientes très minces ou à peau très fine pour lesquelles on pense que la graisse va permettre d’éviter le phénomène de vagues lié aux implants mammaires. Dans la pratique, rares sont les patientes candidates à ce type d’intervention.

  • Le résultat est-il durable ?

    Oui, le résultat est définitif…dès lors qu’il n’existe pas de variation pondérale. S’agissant de graisse, les adipocytes se rempliront ou se videront en cas de prise ou de perte de poids.

  • Quelles sont les cicatrices du lipofilling ?

    Elles sont mineures puisqu’elles se réduisent à 3 mm voire 4 pour les prélèvements graisseux et au niveau des seins

  • Insuffisance de résultat

    L’Insuffisance de résultat est la complication majeure qui est due à une trop importante résorption de la graisse injectée. On ne peut la prédire mais cela peut être dû au tabagisme par exemple. Dans ce cas comme spécifié plus haut, une seconde intervention peut être envisagée si de la graisse disponible est encore prélevable.
Dr Anas Gherissi
Coordonnées

© Copyright 2019 - Dr Anas Gherissi | CX | QM | ED | Social Media Links